Vous êtes adhérent / partenaire


Vous avez déjà un compte en ligne

Vous pouvez à tout moment nous contacter en utilisant la messagerie disponible sur vos services en ligne.


Vous n'avez pas encore un compte en ligne

Activez facilement votre compte pour bénéficier de vos services en ligne comme le suivi de vos remboursements, la demande de prise en charge...

Vous n'êtes pas encore adhérent / partenaire


Vous souhaitez être rappelé par un conseiller ?

Les informations, strictement nécessaires, collectées directement auprès de vous font l'objet de traitements automatisés ayant pour finalité la gestion de votre demande d'informations. Les informations demandées sur le formulaire de contact sont obligatoires et nécessaires. A défaut, La Mutuelle Verte ne sera pas en mesure de traiter votre demande d’informations. Pour toute information sur vos droits et sur les conditions de traitement de vos données à caractère personnel, consultez la rubrique relative à la protection des données.

Votre message a bien été envoyé. Merci !

Vous êtes adhérent / partenaire


Vous avez déjà un compte en ligne

Vous pouvez à tout moment nous contacter en utilisant la messagerie disponible sur vos services en ligne.


Vous n'avez pas encore un compte en ligne

Activez facilement votre compte pour bénéficier de vos services en ligne comme le suivi de vos remboursements, la demande de prise en charge...

Vous n'êtes pas adhérent / partenaire


Vous souhaitez nous contacter par e-mail ?

Les informations, strictement nécessaires, collectées directement auprès de vous font l'objet de traitements automatisés ayant pour finalité la gestion de votre demande d'informations. Les informations demandées sur le formulaire de contact sont obligatoires et nécessaires. A défaut, La Mutuelle Verte ne sera pas en mesure de traiter votre demande d’informations. Pour toute information sur vos droits et sur les conditions de traitement de vos données à caractère personnel, consultez la rubrique relative à la protection des données.

Votre message a bien été envoyé. Merci !

Dossiers Thématiques

Premiers jours avec bébé

Premiers jours avec bébé

Publiée le 21/05/2019 16:48

 

Les premières semaines suivant un accouchement sont toujours très intenses, parfois angoissantes, surtout lorsqu'il s'agit d'un premier enfant, mais tellement magiques. La jeune maman retrouve petit à petit un corps sans douleurs tandis que le bébé ne cesse de s'éveiller et de grandir au contact de ses parents. La première sortie, les premières nuits, les premiers pleurs : les premières fois amènent les parents à se poser beaucoup de questions. Prendre le temps d'écouter son bébé pour comprendre sa manière de communiquer participe à son bon développement et permet de se rassurer en tant que jeune maman et jeune papa. Une sage-femme libérale, dans le cadre du PRADO ou parce qu’elle suivait déjà la maman pendant la grossesse va passer à domicile 2 fois parfois plus si nécessaire la première semaine. Ces visites sont prises en charge par la sécurité sociale.

Quels sont les maux des premiers jours avec bébé ?

Après un accouchement, la jeune maman retrouve petit à petit un corps sans douleurs, prend à cœur son rôle de mère et trouve de nouveaux repères avec une famille agrandie. Cependant, pendant quelques jours à quelques semaines après la naissance, elle doit encore faire face à quelques désagréments qui, le plus souvent, disparaissent rapidement.

Les dernières contractions

Les contractions utérines se poursuivent au-delà de l’accouchement. Elles sont bien sûr beaucoup moins fortes, parfois à peine perceptibles, surtout au-delà de deux à trois jours. Les contractions sont plus importantes avec l’allaitement et augmentent avec le nombre d’accouchements. Elles sont dues aux sécrétions d’une hormone, l'ocytocine, qui favorise la contraction de l’utérus jusqu’à ce qu’il retrouve sa taille normale. Après l’expulsion du placenta, l’utérus pèse en moyenne 1 kg. En six semaines, il va perdre environ 95 % de son poids. Juste après l’accouchement, l’utérus se retrouve au niveau du nombril, vers le 4 ou 5ème jour à mi-chemin entre le nombril et le pubis, vers le 12ème jour, il rejoint le niveau de la symphyse pubienne. Alors qu’il avait mis 9 mois à monter jusqu’au sternum ! L’involution est très rapide.

Les derniers saignements

Les saignements après accouchement correspondent aux restes de la muqueuse qui entourait l’œuf dans l’utérus et au sang qui provient de l’espace laissé par le placenta. L’ensemble constitue les lochies. Elles sont au début très abondantes et sanglantes, puis s’amenuisent et s’éclaircissent progressivement en deux ou trois semaines.

Les dernières douleurs

En 2016, 35% d’épisiotomie pour un premier accouchement (femmes primipares) et 10% pour les accouchements suivants (femmes multipares) selon l’Enquête périnatale 2016. Le taux global en France serait de 20 % en 2016.L’épisiotomie est une petite incision du périnée pratiquée en toute fin d'accouchement pour faciliter le passage de l’enfant. Parfois, les tissus se déchirent sous la poussée de la tête de bébé.

L'incision ou la déchirure est refermée par des points de suture immédiatement après la naissance.

Le temps de la cicatrisation, entre 5 à 15 jours, ces points peuvent parfois être inconfortables, voire douloureux notamment dans la position assise, et nécessitent une hygiène soigneuse quotidienne avec un savon spécial (doux et désinfectant) pour éviter l'infection. Si douleur, gêne ou inconfort devait persister, pommade cicatrisante, massage pour assouplir et vérification du placement du coccyx en viendront à bout.

Des hémorroïdes peuvent se manifester lors du dernier trimestre de la grossesse, mais aussi survenir à la suite de l'accouchement. Une crise hémorroïdaire est une dilatation anormale d'une veine, ou plusieurs veines du canal anal. La pression exercée par la tête de l'enfant au moment de sa sortie sur le périnée les favorise.

Dans les jours suivant la naissance, beaucoup de jeunes mamans ressentent ainsi une gêne, voire une douleur, liée à une crise hémorroïdaire et pouvant rendre la position assise difficile.

L'application d'une crème spécifique et le suivi d'une alimentation équilibrée et peu épicée suffisent généralement à faire disparaître les douleurs.

Le baby-blues

Le baby-blues survient le plus souvent entre le 3e et le 5e jour après l'accouchement et disparaît rapidement (24 à 48 h maximum). Il touche plus de la moitié des femmes. Il se caractérise par une grande fatigue, une hypersensibilité et des pleurs incontrôlés. La jeune maman se sent angoissée, parfois prise de panique à l'idée de ne pas être capable de s'occuper correctement de son enfant. L'origine du baby-blues serait hormonale. Il est important que la jeune femme soit entourée de ses proches dans les premiers jours qui suivent la naissance afin qu'elle puisse s'exprimer et se sentir rassurée. Ce blues est le plus souvent passager. Mais s'il persiste, il est conseillé de consulter son médecin, car une évolution vers un état dépressif est possible.

Le périnée

Après l'accouchement, certaines femmes constatent un relâchement de leur périnée, en particulier lorsque la prise de poids a été importante ou si l'accouchement a été long et ardu. Le périnée est un ensemble de muscles et de ligaments situé dans le bassin formant un véritable plancher pour soutenir le vagin, la vessie et le rectum. Lorsque ces muscles sont distendus après une grossesse, il peut arriver que certaines femmes présentent des fuites urinaires.

C'est pourquoi, au cours de la visite postnatale qui a lieu 6 semaines après la naissance, le médecin ou la sage-femme évalue l'état de la musculature périnéale. Dix séances de rééducation pour que les muscles retrouvent leur efficacité et permettent une continence normale en renforçant la tonicité des sphincters sont remboursées par la Sécurité sociale. Elles sont effectuées par une sage-femme ou par un kinésithérapeute. Elles démarrent généralement six à huit semaines après l’accouchement.

Il existe 3 techniques différentes de rééducation périnéale :

  • la rééducation dite manuelle : par un toucher vaginal, le praticien apprend à la jeune femme à localiser et à contracter elle-même les muscles du périnée. Soit une prise de conscience et un renforcement des muscles avec un feedback donné par le praticien pour progresser et apprendre ensuite à les utiliser lors d’un effort,
  • l’électrostimulation : une sonde est introduite dans le vagin qui envoie un courant de haute fréquence (35 à 100 HZ) provoquant une contraction musculaire. Le but est d’améliorer la qualité et la tenue de la contraction. Il existe aussi des programmes de basses fréquences (1 à 20 HZ) qui vont agir soit sur la douleur avec un effet antalgique, soit sur les contractions de la vessie qui induisent des urgences mictionnelles quand elles ne sont pas corrélées à un remplissage significatif de la vessie nécessitant la vidange. Tous ces programmes doivent rester indolores,
  • le biofeedback : une sonde est introduite dans le vagin de la femme. La sonde enregistre le courant électrique généré par la contraction musculaire et va l’afficher sous forme de courbe sur l’écran de l’ordinateur. Un automatisme va se créer entre le cerveau et le périnée et grâce aux indications du thérapeute, la femme va s’autoévaluer pour améliorer sa contraction. Il existe des programmes ludiques qui permettent de travailler avec enthousiasme. Tout cela est parfaitement indolore.

 

Comment se passe l'allaitement lors des premiers jours avec bébé ?

Les bénéfices de l’allaitement sont multiples, aussi bien pour le bébé que pour la jeune maman, et c’est avant tout l’occasion de partager des moments magiques de relation très intense. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande l’allaitement maternel comme alimentation exclusive du nourrisson pendant 6 mois.

Pour le bébé

Allaiter son enfant, c'est lui apporter la meilleure alimentation possible, parfaitement adaptée à ses besoins durant ses 6 premiers mois.

L’allaitement diminue les risques d’infection : le lait maternel apporte des anticorps à l'enfant et renforce son système immunitaire. Selon plusieurs études, il jouerait un rôle dans la prévention des allergies, en particulier alimentaires (même si la diversification peut commencer après 4 mois et demi en fonction des souhaits de la maman). L’allaitement maternel diminuerait les risques d’obésité pendant l'enfance et l'adolescence.

Enfin, l'allaitement serait associé à une diminution de l’incidence et de la sévérité des infections digestives, ORL et respiratoires du nouveau-né.

Pour la maman

Grâce à la libération de certaines hormones (ocytocine) pendant les tétées, l'allaitement facilite le retour à la normale de l'utérus après l’accouchement et une perte de poids de la mère plus rapide dans les 6 premiers mois après la naissance.

D’après plusieurs études, les risques de développer de l’ostéoporose, un cancer du sein, des ovaires ou de l’utérus seraient moindres si l’on a allaité.

Pour le bébé et sa maman

Lors de la succion du mamelon, le bébé se moule et se blottit par des mouvements actifs contre le corps de sa mère. Si la jeune maman est disponible et si l'environnement est paisible, un lien unique se crée apportant un sentiment de bien-être partagé.

Les premières tétées nécessitent un ajustement dans la position maman-bébé : bébé bien dans son axe, le ventre contre sa mère, la bouche en face du mamelon pour téter avec le fond de la bouche dans un mouvement de succion impliquant la mobilité de la langue. La succion peut être puissante mais non douloureuse. La bonne position du bébé et l’application de crème spécifique sur le mamelon permettent d’éviter l’apparition de gerçures appelées crevasses qui sont désagréables et cicatrisent en quelques jours. Le colostrum est secrété les premiers jours. Vers le 3ème jour se produit la montée de lait. Elle va se réguler au fur et à mesure des jours et s’adapter au besoin du bébé. La succion régulière entretient la production du lait maternel.

Quels sont les premiers sens de bébé en éveil ?

Dès la naissance, un bébé dispose déjà d’une panoplie impressionnante de capacités sensorielles. Il réagit à l’odeur de sa mère, au son de sa voix, à une caresse... La relation mère-enfant débute pendant la grossesse et s'enrichit chaque jour dès les premières minutes de vie. Être attentif à la manière dont un bébé utilise tous ses sens pour communiquer permet de mieux dialoguer avec lui, mieux le comprendre et le rassurer, et bien sûr cela participe à son développement.

Le toucher

Le toucher est la première capacité sensorielle à apparaître chez le fœtus. Dans l’utérus, le futur bébé est déjà exposé à différentes sensations tactiles : il suce son pouce, joue avec le cordon ombilical ou avec ses pieds. Il n'est pas rare qu'une échographie montre le fœtus en train de téter son pouce.

À la naissance, un bébé se montre très réactif au toucher. Grâce à son réflexe d’agrippement, il est capable de serrer très fort un doigt dans sa main.

Le toucher joue un rôle important dans la vie émotionnelle et relationnelle d'un bébé. Certains gestes, telle une caresse, lui procurent un sentiment de bien-être qui suffit parfois à calmer ses pleurs, tandis que d’autres, comme une piqûre, peuvent au contraire altérer son sentiment de sécurité et de confort. Il est donc très sensible aux gestes qu’on lui porte et particulièrement à ceux de ses parents et de ses proches. En général, il adore les massages doux que l’on peut apprendre à faire auprès des sages-femmes ou des puéricultrices.

La vue

À la naissance, un bébé voit la lumière, mais aussi les ombres : il discerne le contour des objets même si c’est un peu flou. Sa vue est comparable à celle d’une personne qui aurait perdu ses lunettes.

Il peut fixer son regard pendant un instant si la sollicitation est forte, mais il a du mal à accommoder. Sa capacité visuelle se limite à environ 30 cm. Au cours des premières semaines de son existence, le nourrisson vit dans un monde d’ombres et de lueurs tamisées. Ses progrès vont aller très vite cependant. À deux mois, il pourra poursuivre un objet qui se déplace. À 4 mois, sa vue s’apparentera davantage à la vue d’un adulte qu’à celle d’un nouveau-né.

L'ouïe

L’audition à la naissance est une fonction plus élaborée que la vision. Déjà, durant la vie intra-utérine, vers 4 mois, le fœtus entend les sons. Il est sensible aux changements de rythme et d’intonation des voix qui lui parviennent. Sa mère peut sentir son enfant sursauter dans son ventre en cas de bruit violent ou inattendu. Le fœtus perçoit mieux les fréquences plus basses, comme la voix de son père par exemple.

Ainsi, à la naissance, un bébé reconnaît la voix de sa mère et de son père (et frères et sœurs s’il en a). Ces voix, de même que certains sons ou certaines mélodies familières, sont rassurantes et apaisantes pour lui.

L'odorat

L'odorat d'un bébé est déjà très élaboré à la naissance.

Les substances odorantes provenant de l'alimentation de la mère et transportées par le liquide amniotique apportent au fœtus ses premières expériences olfactives susceptibles d’influencer ses préférences après la naissance. Il peut s’agir, par exemple, de l’ail, du cumin, de la carotte, du fromage, du café ou de l’anis, mais aussi de l’alcool ou de la fumée de tabac.

Ainsi, dès la naissance, un bébé distingue rapidement l’odeur de sa mère de celles des autres personnes. Il distingue aussi l’odeur du lait de sa mère des autres laits maternels. Pour lui, cette odeur est sécurisante et réconfortante, car elle assure sa survie. Aussi, le seul fait que sa mère le prenne contre elle le rassure et le calme. Rapidement, il reconnaît aussi les odeurs associées à sa famille, par exemple celles de la cuisine ou celles de certains végétaux qui se trouvent dans son environnement.

Le goût

Dès la naissance, le bébé est compétent pour reconnaître les goûts comme les odeurs. Il continue de se familiariser avec les saveurs de l’alimentation de sa mère, non plus à travers le liquide amniotique, mais par le lait maternel. Les enfants nourris au sein montreraient d’ailleurs une acceptation des aliments plus large que ceux nourris au biberon qui n’ont pas expérimenté autant de variété.

Le bébé a des réactions innées qui lui permettent de rechercher le sucré et d’éviter l’amer, car le sucré stimule sa succion et lui procure un sentiment de bien-être. Cet effet calmant est très net dans les premières semaines de vie. Lorsque le lait maternel a un goût différent de celui auquel l’enfant est habitué, il le manifeste en grimaçant ou en le recrachant.

Comment se passe la première sortie de bébé ?

On peut sortir un bébé dès ses premiers jours. Cependant, il est nécessaire de suivre certaines règles de prudence. Une sortie doit être un moment de détente à partager à deux ou en famille.

Pour la première sortie, choisir une petite promenade de 20 minutes maximum. Il faut éviter de sortir un nouveau-né s’il fait trop chaud ou trop froid et éviter les journées pluvieuses. Il faut bien le couvrir, sans oublier la tête et les pieds, et utiliser un porte-bébé, une écharpe de portage, ou une poussette adaptée aux nourrissons (le landau est idéal pour les bébés de moins de 6 mois).

Le mieux est de sortir son bébé entre deux phases de sommeil après l'avoir nourri et changé.

Il faut progressivement augmenter la durée des sorties. Il est raisonnable d'organiser des sorties d'une heure environ dans les premières semaines. C'est une organisation à mettre en place petit à petit, en considérant les temps de sommeil, de bain et de repas. Il ne faut pas oublier qu'à la naissance, un bébé dort environ 16 heures par jour.

La sortie doit rester un moment de détente aussi bien pour le bébé que pour sa maman. À chacun son rythme.

Comment se passent les premières nuits de bébé ?

Le plus souvent, un bébé fait ses nuits à partir de 3 ou 4 mois. Mais il faut parfois faire preuve de plus de patience. Il est en effet difficile de demander à un nourrisson de s'adapter du jour au lendemain au rythme d'un adulte. Des conseils simples peuvent cependant l'aider à « faire ses nuits ».

Durant le premier mois qui suit la naissance, un nourrisson dort en moyenne 16 heures par jour, mais ce n'est malheureusement pas 16 heures en continu. Il se réveille en moyenne toutes les 3 heures sans tenir compte de l'alternance jour/nuit.

Quelques conseils pour aider son bébé à faire ses nuits :

  • L’OMS conseille de garder bébé dans la chambre des parents les premiers temps pour apprendre son rythme et le rassurer. Plus il sera rassuré, plus il sera autonome par la suite. Il dort sur le dos, en pyjama dans sa « turbulette » en fonction de la saison, sans oreiller.

  • Au bout de quelques mois, pendant la nuit, un bébé peut se réveiller encore fréquemment et peut se mettre à pleurer. Dans la mesure du possible, essayer de résister à la tentation de sauter du lit systématiquement pour le prendre dans ses bras et plutôt lui laisser la possibilité de se rendormir tout seul. C'est évidemment plus facile s'il a sa propre chambre.

  • Il est possible de répondre à ses pleurs nocturnes avec un biberon d’eau s’il est au lait artificiel et que son poids est supérieur à 5 kg. Sinon, il risque de se réveiller chaque nuit pendant de longs mois pour réclamer à manger.

  • Après les 4 premiers mois, il faut lui donner des repères qui lui permettent de bien faire la distinction entre le jour et la nuit. Laisser les rideaux ouverts la journée, éteindre la lumière la nuit quand on le couche et éviter de la rallumer. Néanmoins certains auront besoin d’une veilleuse pour être rassurés.

  • Essayer de ne pas faire de bruit après l'avoir couché.

  • Instaurer des rituels de sommeil (histoire, chanson, câlin).

  • Éviter de le réveiller pour le nourrir ou le changer.

  • Enfin, apprendre à détecter son propre rythme.

 

Que faire lors des premiers pleurs de bébé ?

Qu'il soit malade ou en bonne santé, un bébé pleure toujours pour une bonne raison. Si un enfant de moins de trois mois présente un symptôme, quel qu'il soit, il doit être examiné rapidement par un médecin.

Un bébé en bonne santé exprime toujours un besoin simple quand il pleure : il peut avoir faim, avoir la couche pleine, avoir trop chaud ou trop froid, se sentir agressé par trop de bruit, ressentir des douleurs dans le ventre après la tétée comme un reflux ou des coliques ou ressentir un malaise ou une inquiétude de sa maman.

Après quelques jours, avec l'habitude, on apprend vite à mieux comprendre son bébé. S'il semble que ses pleurs ne soient pas liés à ses besoins du quotidien et a fortiori s'il présente le moindre signe anormal comme de la fièvre (à partir de 38°), il ne faut pas hésiter à demander conseil à son médecin. Avant trois mois, il est préférable de consulter dès l'apparition d'une fièvre, d'une diarrhée, de vomissement, ou de toux. Voyez aussi le médecin lorsqu'un bébé semble anormalement fatigué et refuse de manger.

 

Références

Sources



Rédaction

Le contenu de ce dossier a été élaboré par :

  • l'équipe Offre Prévention de la Mutualité Française
  • Arnaud Magnin