Vous êtes adhérent / partenaire


Vous avez déjà un compte en ligne

Vous pouvez à tout moment nous contacter en utilisant la messagerie disponible sur vos services en ligne.


Vous n'avez pas encore un compte en ligne

Activez facilement votre compte pour bénéficier de vos services en ligne comme le suivi de vos remboursements, la demande de prise en charge...

Vous n'êtes pas encore adhérent / partenaire


Vous souhaitez être rappelé par un conseiller ?

Les informations, strictement nécessaires, collectées directement auprès de vous font l'objet de traitements automatisés ayant pour finalité la gestion de votre demande d'informations. Les informations demandées sur le formulaire de contact sont obligatoires et nécessaires. A défaut, La Mutuelle Verte ne sera pas en mesure de traiter votre demande d’informations. Pour toute information sur vos droits et sur les conditions de traitement de vos données à caractère personnel, consultez la rubrique relative à la protection des données.

Votre message a bien été envoyé. Merci !

Vous êtes adhérent / partenaire


Vous avez déjà un compte en ligne

Vous pouvez à tout moment nous contacter en utilisant la messagerie disponible sur vos services en ligne.


Vous n'avez pas encore un compte en ligne

Activez facilement votre compte pour bénéficier de vos services en ligne comme le suivi de vos remboursements, la demande de prise en charge...

Vous n'êtes pas adhérent / partenaire


Vous souhaitez nous contacter par e-mail ?

Les informations, strictement nécessaires, collectées directement auprès de vous font l'objet de traitements automatisés ayant pour finalité la gestion de votre demande d'informations. Les informations demandées sur le formulaire de contact sont obligatoires et nécessaires. A défaut, La Mutuelle Verte ne sera pas en mesure de traiter votre demande d’informations. Pour toute information sur vos droits et sur les conditions de traitement de vos données à caractère personnel, consultez la rubrique relative à la protection des données.

Votre message a bien été envoyé. Merci !

Actualités

Les pesticides contaminent les miels

Publiée le 12/11/2017 10:31

 

Pour les amateurs de miel, voici une étude qui fait froid dans le dos. Selon des chercheurs suisses, trois quarts des miels à l'échelle mondiale contiendraient des traces de néonicotinoïdes, des produits toxiques utilisés comme insecticides. Les auteurs expliquent tout de même que les niveaux recensés sont inférieurs à ceux autorisés par les autorités européennes.


Les néonicotinoïdes occupent le tiers du marché des pesticides répandus, essentiellement sur les grandes cultures (maïs, colza, betterave). Ils sont utilisés contre les insectes ravageurs dont ils altèrent le système nerveux, entraînant la paralysie et la mort. Comme ces substances passent dans le pollen et le nectar des fleurs, les abeilles les ingurgitent lorsqu'elles butinent.

Afin d'évaluer l'ampleur de la présence des insecticides dans le miel, une équipe de l'université de Neufchâtel (Suisse) a testé sur 178 échantillons, la présence de 5 néonicotinoïdes couramment utilisés. (Notons que les différents miels venaient de tous les continents).
Résultat, 75% des produits contenaient au moins un néonicotinoïde (30% en contenaient un seul, 45% deux ou plus et 10% en renfermaient quatre ou cinq).


Un risque pour la santé

Les concentrations étaient plus élevées dans les échantillons nord-américains (86% concernés), asiatiques (80%) et européens (79%). Et les grandes marques industrielles ne sont pas les seules concernées. Les petits producteurs semblent aussi impactés. Certes « les concentrations relevées étaient inférieures aux niveaux que l'Union européenne autorise dans les aliments ».
Toutefois, les auteurs rappellent l'impact que peut avoir sur les organismes (humains notamment) la présence de plusieurs substances toxiques à la fois, communément appelé effet cocktail. La question demeure largement ouverte.

 

Danger pour les abeilles

Pour les abeilles en revanche, le risque est certain ! « Notre étude démontre qu'elles sont exposées dans le monde entier à des concentrations de néonicotinoïdes ayant des effets importants sur leur comportement, leur physiologie et leur reproduction », précise Alexandre Aebi, principal auteur de ce travail.

Source : université de Neufchâtel, 6 octobre 2017

Retour aux actus